Vai ai contenuti

LA FEMME MÉNOPAUSÉE BIEN DANS SA PEAU

Ricerche > Menopausa e articoli

18es Journées de Gynécologie de Nice et de la Côte d'Azur
25 - 26 - 27 mai 2000


LA FEMME MÉNOPAUSÉE BIEN DANS SA PEAU

Willy Pasini
51 boulevard de la Cluse, 1205 Genève, Suisse


Sur 1330 femmes interrogées en Italie en 1999 dans 5 centres de ménopause, 90,5 % considèrent la ménopause comme un phase normale de la vie. Comme dans l'analyse de la sociologue Olga Manganelli en 1998, les bouffées de chaleur, les douleurs articulaires et l'augmentation de poids sont les symptômes physiques que la femme ressent. Parmi les symptômes psychiques, l'humeur instable (44%) précède l'angoisse et la panique (39,6%), les pertes de mémoire (31,6%), tandis que la dépression vient en 4e position (27%). Seules 10,4 % des femmes signalent une ménopause silencieuse sur le plan psychique.
Ces pourcentages méritent certains commentaires. Alors que l'humeur instable et les pertes de mémoire doivent être mis sur le compte d'une matrice biologique, il est important de noter que les deux symptômes psychiques (anxiété et dépression) sont dans un ordre inverse par rapport à celui qu'on attendait. L'angoisse, face au stress, passe au premier plan et ceci s'explique par la transformation du " nid vide " en " nid plein ". La crise dépressive, suite à la perte affective durant la période de la ménopause (mari parti depuis longtemps, parents décédés et enfants qui quittent la maison), est remplacée par le stress du " nid plein " parce que les enfants restent à la maison jusqu'à 30 ans et les parents de la femme en ménopause, toujours vivants, mais en mauvaise santé, demandent beaucoup d'attention.
La dépression ménopausique diminue aussi en fonction de critères sociologiques qui font de la femme d'aujourd'hui une personne intelligente et d'attaque, plutôt qu'une apathique se laissant aller à la dépression. De plus, pour Mc Kinlay, ce sont les femmes dépressives et hypocondriaques qui craignent la ménopause et donc la vivent mal (et non le contraire, la ménopause qui crée la dépression).
Comment nous, les médecins, pouvons-nous aider la femme ménopausée à être mieux dans sa peau ? En dehors de la substitution hormonale, nous avons des démarches à faire sur le plan psychique :
1- Aider la femme à considérer la ménopause comme une phase de prévention des 30 ans qui la suivent et non comme la fin de la féminité (dans le passé féminité = maternité)
2- Aider la femme qui vit une série de pertes à trouver des solutions personnalisées : par exemple, la matérialiste trouvera une consolation dans une maison, la maternelle va retrouver le plaisir d'être grand-mère et l'intellectuelle celui d'une carrière " business women " ou politique.
3- Gérer le stress, plus que la dépression, avec des tranquillisants et surtout des conseils d'hygiène de vie. La méthode la plus efficace est le groupe de rencontre (comme pour la 18es Journées de Gynécologie de Nice et de la Côte d'Azur 25 - 26 - 27 mai 2000
préparation à la naissance) où 10 à 20 femmes, dirigées par une psychologue habituée aux techniques de groupe, expriment leurs soucis et se rendent compte qu'elles ne sont pas seules dans cet état.
4- Trouver une manière d'entrer en contact avec le partenaire masculin (s'il y en a un), car l'homme n'est pas toujours le bâton de vieillesse de la femme ménopausée, mais la plus grande raison de son stress. Le partenaire de la femme ménopausée ne souffre pas d'une crise brusque comme certaines femmes, mais il sent la vieillesse l'envahir et il trouve des parades (par exemple en changeant de femme, et en en prenant une plus jeune). Ou bien, il reste à la maison avec une sexualité faible, en attribuant à la ménopause la faute de la mauvaise atmosphère conjugale.

BIBLIOGRAPHIE

1. Bullinger C.B., Psychiatric Aspect of the Ménopause. British Journal of Psychiatry (1990) 156 773-787
2. Mc Kinlay J.B. Mc Kinlay S.M., Brambilla D. The relative contributions of endocrine changes and social circumstances to depression in mid-aged women. J. Health Soc. Behav 1997-28 345-63
3.
O. Manganelli, W. Pasini. Rapporto 1999 menopausa e qualità di vita. En presse c/o Schering Italie W. Pasini Ménopause et qualité de vie - Praxis 1997-86 : 1264-1267
W. Pasini Ménopause et qualité de vie - Praxis 1997-86 : 1264-1267



Torna ai contenuti | Torna al menu